Saison 1

Cliquer sur les symboles pour avoir accès à des illustrations supplémentaires.

 t01

01-images

Résumé

  • Le jeune pilote Alcor est envoyé par la NASA auprès du professeur Procyon pour l’assister dans ses recherches sur les apparitions d’OVNI. Il est cordialement accueilli par le personnel du Centre et par les habitants du ranch du Bouleau Blanc. En revanche, les relations avec Actarus, simplement présenté comme le fils de Procyon, s’avèrent dès le départ glaciales et tendues. Alcor décolle à bord de son OVTerre pour aller observer de plus près des soucoupes volantes apparues dans le ciel. Celles-ci le prennent en chasse, rejointes par un monstre mécanique surgi d’un immense vaisseau spatial. Sans défense, Alcor est sur le point de succomber lorsqu’un formidable robot s’interpose et lui sauve la vie. S’ensuit un violent combat à l’issue duquel le monstre est mis en pièces. De retour au ranch, Alcor questionne Actarus, convaincu que c’était lui qui pilotait le mystérieux robot. Actarus nie, mais sa réponse ne convainc pas Alcor.

Critique

  • La mise en route de la série est efficace et accrocheuse. Si l’action démarre en force, le climat demeure énigmatique, les informations nous sont livrées au compte-gouttes. Au terme de ce premier épisode, on ne sait pas encore grand-chose, mais on a déjà envie d’en savoir beaucoup plus.

Remarques

  • Au début de l’épisode, quelques images arrêtées  nous rappellent – ou nous apprennent – qu’Alcor fut autrefois le pilote de Mazinger Z. Les références à cette précédente série resteront rarissimes.
  • L’OVTerre d’Alcor n’est pas encore équipé d’un lance-missiles.

Couacs

  • Lorsque Goldorak décolle pour la première fois, Procyon se précipite au pied de la rampe de lancement. Il porte sa blouse blanche, mais au plan suivant, on le voit en complet-veston. 

Perles de la version française

  • Le mythique « Agla agla alili ! Do you speak martien ? Vous l’air presque normal pour arrivant du cosmos. » lancé par Rigel a dû en traumatiser plus d’un.
  • Le titre Les frères de l’espace n’a pas beaucoup de sens : à ce stade, Alcor ignore encore la véritable identité d’Actarus. De plus, leurs relations n’ont pour l’instant rien de vraiment fraternel.

 t02 02-images

Résumé

  • Persuadé qu’Actarus n’est pas celui qu’il prétend être, Alcor continue à le presser de questions. Une gaffe commise par Rigel oblige Actarus à faire usage de ses capacités surhumaines. Alcor ayant été témoin de la scène, Procyon lui révèle toute la vérité sur celui qui est en réalité le prince d’Euphor. De leur côté, les forces de Véga savent à présent qu’Actarus a trouvé refuge sur Terre et qu’il constitue un obstacle à leurs projets de conquête. Hydargos envoie un golgoth pour l’éliminer. Sur le point d’être vaincu, Goldorak est sauvé in extremis par l’intervention d’Alcor, qui s’est joint à la bataille malgré l’interdiction d’Actarus. Ces événements ont donné aux deux jeunes hommes l’occasion de se découvrir et de s’apprécier, une grande amitié vient de naître.

Critique

  • Les questions laissées en suspens dans le premier épisode trouvent ici leur réponse. L’identité et l’histoire d’Actarus nous sont dévoilées; on fait également connaissance avec les chefs de Véga. Le décor est planté, les présentations sont faites : la série peut maintenant véritablement commencer.

Remarques

  • Les toutes premières images de Minos nous le montrent doté de la faculté d’envoyer des rayons via ses yeux.  Jamais, par la suite, on ne le reverra faire cela.

Couacs

  • Le combat contre le golgoth se déroule sous un ciel nocturne. Pourtant, l’un des plans intermédiaires nous montre Goldorak en plein jour. 

 t03 03-images

Résumé

  • Une grande fête est organisée au ranch du Bouleau Blanc, à laquelle est également invité le professeur Procyon. Actarus a du mal à partager l’allégresse générale : l’horrible cauchemar qu’il a fait la veille lui fait redouter une attaque imminente de Véga. Pressentiment fondé : une escadrille de navettes se dirige précisément vers la Terre. Chargé d’avertir Procyon en cas de danger, son assistant Antarès est forcé par Banta à quitter son poste et n’entend pas le message d’alerte lancé par le Centre. Lorsqu’enfin le message parvient, il est trop tard : les navettes commencent déjà à attaquer le ranch. Tandis qu’Alcor s’en va les affronter avec son OVTerre, Actarus et Procyon regagnent précipitamment le Centre. Grâce au brouillage-radar, Goldorak réussit à décoller sans être repéré par les forces de Véga car, au dehors, un golgoth l’attend. Le combat s’engage, dont Actarus sortira victorieux.

Critique

  • Un maigre scénario pour un épisode inutilement encombré de longues scènes anecdotiques. La fin du golgoth est très expéditive.

Couacs

  • La mousse de la bière de Rigel disparaît et réapparaît d’un plan à l’autre. 

 t04 04-images

Résumé

  • Un golgoth et des navettes attaquent la ville. Actarus accepte de laisser Alcor partir seul à leur rencontre pour créer une diversion, non sans lui avoir discrètement fixé un micro-émetteur de repérage dans le dos. Malgré ses excellentes aptitudes au combat, Alcor finit par être débordé par le nombre. Sévèrement touché, il doit faire un atterrissage forcé sur une île déserte. Actarus se précipite à son secours, le retrouve facilement grâce au micro-émetteur et soigne ses blessures. Mais le répit est de courte durée : les forces de Véga investissent l’île. Après avoir échappé aux soldats et aux chiens-robots  lancés à ses trousses, Actarus remonte dans Goldorak. Malmené par le golgoth, il en vient malgré tout à bout avec l’aide d’Alcor qui a réussi à reprendre les commandes de son OVTerre.

Critique

  • Un épisode fort plaisant, qui trouve le juste équilibre entre les scènes de dialogues et les scènes d’action.

 t05 05-images

Résumé

  • Pour forcer Actarus à se rendre, Hydargos projette de prendre en otage les spectateurs d’un meeting aérien auquel assistent Alcor, Vénusia, Mizar et Banta. Des navettes se posent sur le terrain d’aviation, qui est aussitôt envahi de soldats de Véga. Devant la menace de voir ses amis exécutés, Actarus se plie aux exigences d’Hydargos et se rend. Goldorak est enchaîné par un golgoth. Mais Alcor parvient à s’emparer d’une navette et se lance dans un combat inégal contre le reste de la flotte. Craignant pour la vie de son ami, Actarus brise ses chaînes et se précipite à sa rescousse. Après avoir mis les troupes de Véga en déroute, Goldorak se bat contre le golgoth et finit par le vaincre. Hydargos ordonne de faire sauter la navette restée aux mains des Terriens, Alcor et Banta échappent de peu à l’explosion.

Critique

  • D’énormes et nombreuses invraisemblances viennent plomber cet épisode. Alcor sort sans le moindre bobo du crash et de l’incendie de son avion. Censé tout ignorer de la technologie de Véga, il s’empare d’une navette et la pilote avec une parfaite maîtrise. En fin d’épisode, cette même navette explose sans même égratigner Alcor et Banta qui se trouvaient juste à côté.

Remarques

  • Goldorak se sert de l’ophtofisseur, une arme qu’il n’utilisera presque jamais tout au long de la série.
  • Dans cet épisode, le golgoth est dénommé « aragne ».

Couacs

  • Non, Rigel, on ne dit pas « Acturus », mais « Actarus » !

 t06 06-images

Résumé

  • Un golgoth ravage la ville de Perlépolis. Il se constitue également une réserve d’otages en aspirant des véhicules à son bord, parmi lesquels l’autocar qui transporte Vénusia et Banta. Alcor se porte à leur secours avec son OVTerre, mais il est lui aussi capturé. Pour Actarus, le dilemme est terrible : comment combattre le golgoth sans risquer de tuer ses amis ? Alcor et lui élaborent un plan audacieux qui, pour réussir, exigera un synchronisme parfait. L’OVTerre devra pousser les véhicules à travers une brèche dans le flanc du golgoth et les précipiter dans le vide, à charge pour Goldorak de les attraper au passage. La manœuvre fonctionne, Actarus a désormais les mains libres pour attaquer le golgoth et pour le détruire.

Critique

  • Épisode assez quelconque, au scénario fort semblable au précédent. Beaucoup de temps perdu avec les habitants du ranch.

Remarques

  • Première apparition de la mère de Banta.
  • Rigel perd cette voix criarde et suraiguë des premiers épisodes, son timbre devient moins caricatural… et plus supportable.

Perles de la version française

  • Il paraît que le tableau de bord de Goldorak comporte « un petit bouton rouge qui rend les planitronks atomiques ». On n’arrête pas le progrès…

 t07 07-images

Résumé

  • Mandaté par le grand Stratéguerre en personne, le capitaine Janus , un officier de la sinistre division Ruine, fait une arrivée intempestive à bord de la soucoupe amirale. Sa mission : détruire Goldorak, au grand dam d’Hydargos qui y voit le signe de sa future destitution. Aux commandes de son puissant antérak, Janus part ensuite vers la Terre. S’ensuit un face-à-face d’une terrible violence, au cours duquel la supériorité de Janus se révèle écrasante, au point qu’Actarus, blessé, doit trouver son salut dans la fuite. Avant de retourner au bercail, l’antérak lâche quelques traqueurs à infra-rouges pour pister la signature thermique de Goldorak. Pour avoir eu l’imprudence d’ironiser sur l’insuccès de Janus, Hydargos est cruellement humilié et jure de se venger. Au Centre, on vient de repérer les traqueurs. Alcor s’envole dans son OVTerre pour aller les détruire, mais il est trop tard : Janus a remonté la trace de Goldorak et est déjà en route. Arrivé sur Terre, l’antérak s’en prend immédiatement à Alcor et menace de l’écraser si Goldorak ne se montre pas. Actarus n’a d’autre choix que d’aller se mesurer une seconde fois à son redoutable ennemi en un combat qu’il sait perdu d’avance. L’affrontement tourne au carnage, Actarus est sur le point de succomber lorsque, soudain, l’antérak est frappé dans le dos par des rayons et s’effondre : sur l’ordre d’Hydargos, les navettes d’escorte viennent de lui tirer dessus. Mortellement touché, Janus abat les navettes et tente de poursuivre le combat, mais les jeux sont faits et Actarus lui porte le coup de grâce. Par une amère ironie, c’est Hydargos lui-même qui, pour se débarrasser d’un rival, aura sauvé la vie du prince d’Euphor.

Critique

  • Fabuleux épisode, sans le moindre temps mort. Parmi les nombreux envoyés de Véga que nous verrons à l’œuvre au cours des 74 épisodes, Janus restera certainement l’un des plus marquants. De plus, son antérak est particulièrement majestueux.

Perles de la version française

  • Actarus : « Pourtant, je ne souhaite que le règne de la paix et le triomphe de l’amour ». C’était la minute de mièvrerie de l’épisode 7.

 

t08


08-images

Résumé

  • La soucoupe amirale d’Hydargos répand un nuage artificiel dans la haute atmosphère et y dissimule des mines magnétiques. Au cours d’une imprudente reconnaissance au cœur du nuage, Alcor aperçoit les mines, mais une défaillance de son OVTerre l’oblige à faire un atterrissage forcé. Blessé et inconscient, Alcor ne peut révéler ce qu’il a vu. Ignorant du danger, Actarus se rend à son tour dans le nuage et ne peut empêcher les mines de se ventouser sur Goldorak. Hydargos les fait exploser, entraînant Goldorak dans une chute vertigineuse. L’intervention d’Alcor, revenu secourir son ami, lui évite de s’écraser. Ensemble, ils viennent à bout du golgoth envoyé par Hydargos.

Critique

  • Un épisode dans l’honnête moyenne, essentiellement centré sur l’amitié entre Actarus et Alcor, dans laquelle subsistent néanmoins encore certaines tensions. La fin du golgoth est un peu trop rapide.

Couacs

  • Ébréché après qu’Alcor a intentionnellement percuté Goldorak, l’OVTerre apparaît pourtant intact quelques secondes plus tard. 

Perles de la version française

  • « Passez la descente de Goldorak à G puissance typhonique », dixit Hydargos. Une notion qu’on peut bien sûr trouver dans tous les manuels de physique élémentaire.

 t09 09-images

Résumé

  • Originaire de la planète Concordia, Euridie  est chargée par Minos d’une mission-suicide : elle devra faire exploser Goldorak en même temps que son propre antérak. La jeune femme obtient la promesse qu’en cas de réussite, sa planète natale, asservie par les forces de Véga, bénéficiera d’un traitement de faveur. Les choses, pourtant, ne se passeront pas comme prévu : au moment fatidique, la bombe refuse de se déclencher et Euridie est contrainte de se poser en catastrophe. Recueillie par les habitants du ranch, elle tente de tuer Actarus qui, comprenant sa situation, continue néanmoins à lui accorder son amitié. La bonté et la bienveillance de ce dernier auront raison de la détermination d’Euridie : assassiner le prince d’Euphor lui est désormais devenu impossible. Déchirée entre ses devoirs envers son peuple et son refus de tuer Actarus, Euridie s’en retourne vers la soucoupe amirale, acceptant d’avance la condamnation à mort qu’Hydargos lui réserve pour avoir failli à sa mission. C’est en vain qu’Actarus tentera de la sauver.

Critique

  • Un des grands épisodes de la première saison. On ne peut qu’éprouver de la sympathie pour le personnage d’Euridie, confronté à une situation cornélienne.

Perles de la version française

  • « Envoyez golgoth 9, qu’il lui inflige la punition qu’elle mérite », ordonne Hydargos. Mais l’instant d’après, surprise ! Point de golgoth, mais des rayons laser tirés par la soucoupe amirale.

 t10 10-images

Résumé

  • Uranus , un jeune garçon ombrageux et mythomane, raconte à qui veut l’entendre qu’il est en relation avec des extraterrestres. Pensant qu’il ne s’agit peut-être pas d’affabulations, Actarus le prend discrètement en filature et assiste à l’atterrissage d’un antérak. Ses occupants confient à Uranus la tâche de trouver la cachette de Goldorak, lui promettant en retour une balade dans les étoiles. Lors d’une dérisoire tentative d’espionnage du Centre, Uranus tombe à l’eau et est sauvé de la noyade par le prince d’Euphor. Peu après, le garçon est enlevé par les envoyés de Véga  et emmené dans l’antérak. Ce n’est qu’après être avoir libéré Uranus que Goldorak pourra détruire son adversaire.

Critique

  • Bon mélange de suspense et d’action.

Couacs

  • Le sommet d’une colline, de surcroît en plein jour, n’est peut-être pas l’endroit idéal pour un atterrissage discret.
  • En fin d’épisode, on peut voir une erreur de perspective : Uranus, qui se trouve à l’avant-plan dans la main de Goldorak, apparaît beaucoup plus petit qu’Actarus, qu’on aperçoit derrière, dans le cockpit. 

 t11 11-images

Résumé

  • Profitant d’une éclipse de soleil, Minos lance une attaque dans le but d’attirer Goldorak dans le cône d’ombre de la Lune, où règne une obscurité absolue. Le piège fonctionne : privé d’énergie par l’absence de rayonnement solaire, Goldorak s’immobilise dans l’espace, incapable d’utiliser ses armes. Sur le point de lui porter le coup fatal, Hydargos, trop sûr de lui, commet l’erreur de négliger la présence d’Alcor, venu porter secours à Actarus. Se servant de la verrière de son OVTerre comme d’un miroir, Alcor réfléchit les rayons du Soleil vers Goldorak, lui fournissant suffisamment d’énergie pour triompher du golgoth envoyé contre lui.

Critique

  • Du rythme, du suspense, de l’action. Un épisode très prenant qui fait la part belle à Hydargos, dont les apparitions étaient jusque-là plutôt brèves.

Perles de la version française

  • « Les structures internes de Goldorak seront neuro-stoppées », explique Minos. Désormais, vous ne direz plus « ma voiture est en panne », mais « les structures internes de ma voiture sont neuro-stoppées ».

Couacs

  • En début d’épisode, on peut voir une erreur de perspective : Minos, assis devant son écran de contrôle, apparaît beaucoup plus grand que les soldats assis à l’avant-plan. 
  • On voit en ombres chinoises que la capsule qui amène Hydargos à la salle de commandement est conduite par un soldat. Mais lorsque la capsule s’ouvre, le soldat a disparu.
  • D’un plan à l’autre, la forme des supports des planitronks change : tantôt ils sont triangulaires, tantôt ils sont discoïdaux.

 t12 12-images

Résumé

  • Lors de l’installation d’une base secrète au sommet d’une montagne, un golgoth détruit une maison isolée située à proximité du site. Seule une fillette, Cassiopée , survit à la catastrophe. Grièvement blessée et amnésique, elle est transportée au Centre par Actarus et Alcor. Camouflé sous une épaisse couche de neige, le golgoth demeure inaperçu, mais Procyon commence à avoir des soupçons lorsqu’il apprend que les sismographes n’ont enregistré aucun tremblement de terre dans la région. Les bribes de souvenirs de Cassiopée, faisant allusion à un monstre de fer, confirment bientôt que Véga n’est pas étranger à l’affaire. Actarus et Alcor débusquent le golgoth et finissent par le vaincre, détruisant la base dans la foulée. Le calme revenu, ils s’emploient à exaucer le rêve de Cassiopée : rencontrer le Prince des Étoiles.

Critique

  • Un épisode mélodramatique et larmoyant, sur fond de conte de Noël.

 t13 13-images

Résumé

  • Goldorak doit affronter un golgoth fonctionnant à l’énergie solaire. Doté d’une puissance peu commune et d’un redoutable rayon thermique, l’engin prend rapidement le dessus. Contraint de rompre le combat, Actarus parvient à semer son adversaire et à regagner le Centre, mais Goldorak a été endommagé. La nuit venant, le golgoth s’immobilise au sommet d’une colline. Actarus compte mettre à profit ces quelques heures de répit pour réparer Goldorak, mais arrive Rigel qui exige sa présence au ranch pour aider à la naissance d’un poulain. C’est alors Alcor qui tente sa chance en allant fixer des charges explosives sur le golgoth. Hélas, sa tentative échoue. Le lever du soleil réactive le golgoth et Actarus ne peut éviter un second affrontement. Handicapé par les avaries subies la veille, Goldorak ne fait pas le poids et la défaite semble inéluctable. Refusant de voir mourir son ami, Alcor joue le tout pour le tout : après que son OVTerre a été équipé d’un réflecteur, il va au-devant du golgoth et, au risque d’être lui-même calciné, lui renvoie son propre rayon. La manœuvre fonctionne et grille les circuits du golgoth, qui finit taillé en pièces à coups d’astéro-haches.

Critique

  • Un épisode haletant, aux combats particulièrement musclés.

 t14 14-images

Résumé

  • Actarus et ses proches sont réunis au ranch du Bouleau Blanc pour fêter la nouvelle année. Trois invités doivent venir les rejoindre : Bélier, Setter et Cocker , de vieux amis d’Alcor. Ces derniers effectuent le voyage à bord d’un robot lourdaud et grotesque. Croyant qu’il s’agit d’une arme secrète, Hydargos envoie deux soldats infiltrer l’étrange machine, puis leur ordonne de la faire exploser. Rescapé de justesse, le robot se retrouve aux prises avec un golgoth, que Goldorak éliminera sans grande difficulté.

Critique

  • Un épisode d’une stupidité affligeante, l’un des très rares qu’on puisse réellement qualifier de médiocres. Sans doute même le pire de toute la série. Scénario indigent, bouffonneries de bas étage et gags puérils constituent l’essentiel de cet épisode sans intérêt.

Remarques

  • La visite des amis d’Alcor est annoncée en épilogue de l’épisode précédent (ép. 13 – Par le fer et par le feu).
  • Bélier et ses acolytes  – ainsi que leur robot  – sont des personnages réguliers de Mazinger Z. On les retrouvera aussi dans la série suivante, Great Mazinger.

Couacs

  • Actarus se fait barbouiller le visage par Mizar, mais ses peintures faciales disparaissent peu après, avant de réapparaître au plan suivant. 
  • Au moment où Vénusia entraîne Actarus vers la salle de bain, elle semble presque avoir la même taille que lui. Mais au plan suivant, on peut voir par contre qu’il est nettement plus grand qu’elle.

 t15 15-images

Résumé

  • Eudixe , un scientifique de Véga, a mis au point un appareil capable de prévoir et de contrôler les tremblements de terre. Pacifiste, il refuse que son invention soit détournée et utilisée à des fins guerrières. Minas le soumet à un odieux chantage : soit il accepte de coopérer, soit sa mère est déportée dans les terribles bagnes d’Akereb la Rouge, ce qui pour elle équivaudrait à une mort certaine. Brisé, Eudixe cède et se rend sur Terre avec la mission de déclencher un gigantesque séisme. Les essais préliminaires alertent Alcor, qui part en reconnaissance dans son OVTerre et est pris à partie par l’antérak d’Eudixe. Accouru à son secours, Actarus reçoit la promesse que, s’il se rend, le séisme n’aura pas lieu et que des millions de vies humaines seront ainsi épargnées. Convaincu par la sincérité d’Eudixe, Actarus lui remet Goldorak et se constitue prisonnier. C’était hélas sans compter sur la fourberie d’Hydargos qui, bien que le prince d’Euphor ait été capturé, exige que le tremblement de terre soit malgré tout déclenché. Mortifié d’avoir involontairement trahi la confiance d’Actarus, Eudixe, en gage de sa bonne foi, lui remet secrètement le détonateur indispensable au bon fonctionnement de son invention. Peu après, il est arrêté sur ordre d’Hydargos, qui se méfie de lui, emmené sur la soucoupe amirale et soumis à un lavage de cerveau. De retour à la base sismographique, Eudixe ordonne l’exécution d’Actarus. Mais ce dernier, grâce à l’ingéniosité d’Alcor qui a réussi à s’infiltrer dans la base en utilisant un deltaplane, parvient à s’évader et à reprendre Goldorak. Tandis que le prince d’Euphor et Eudixe s’affrontent, Hydargos donne l’ordre de provoquer le séisme mais, faute de détonateur, rien ne se produit. Pratiquement vaincu, Eudixe, qui a repris ses esprits, choisit de précipiter les restes de son antérak sur la base sismographique, la faisant exploser en même temps que lui.

Critique

  • Un scénario très élaboré, un rythme sans la moindre faille, un protagoniste attachant : tous les éléments sont rassemblés pour faire d’Akereb la Rouge une parfaite réussite. Certes, les analogies avec Le camp de la Lune Noire (ép. 9) ne manquent pas et le personnage d’Eudixe n’est pas sans rappeler celui d’Euridie, mais la cruauté des chefs de Véga s’exprime ici de manière bien plus marquée : l’horrible marché que l’implacable Minas impose à Eudixe ou la jubilation mauvaise avec laquelle Hydargos lui annonce la mort de sa mère font froid dans le dos. Figure de tragédie, à la fois victime et héros, le malheureux Eudixe constitue le véritable personnage central de l’histoire, volant presque la vedette à Actarus.

 t16 16-images

Résumé

  • Les radars du Centre repèrent un antérak entrant dans l’atmosphère mais, curieusement, perdent aussitôt sa trace. De fait, l’engin s’est posé et s’est dissimulé sous terre, tout près du Centre. C’est ce même jour que doit arriver Capella , la fiancée d’Argoli, l’un des assistants du professeur Procyon. Seule passagère dans l’autocar, la jeune femme voit monter un étrange voyageur qui s’avère être le pilote de l’antérak. Après avoir assommé le chauffeur, l’envoyé de Véga  endort Capella et place un encéphalopulseur dans la barrette qu’elle porte dans les cheveux. Partis à sa rencontre, Argoli et Alcor la retrouvent errant le long de la route, souffrant d’un violent mal de tête et se souvenant vaguement que l’autocar est tombé en panne. Désormais sous contrôle mental, Capella, dont le comportement éveille les soupçons d’Actarus, tente de découvrir des informations sur Goldorak. Devant le peu de résultats obtenus, l’homme de Véga lui confie une arme et lui ordonne de prendre le professeur Procyon en otage. Mais Argoli s’interpose et fait bouclier de son corps. Incapable, malgré les injonctions du Véghien, de tirer sur l’homme qu’elle aime, Capella flanche et lâche son arme : son amour a été plus fort que le conditionnement mental. Actarus se précipite, arrache la barrette et détruit l’encéphalopulseur. La manipulation psychique de Capella ayant échoué, l’antérak sort de sa cachette et passe à l’attaque. À l’issue d’un rude combat, il sera détruit par Goldorak.

Critique

  • Un épisode de belle qualité, riche en suspense et en émotion. Fait rare dans la série, un personnage secondaire – en l’occurrence Argoli – est mis à l’honneur, alors que les assistants du professeur Procyon sont habituellement relégués au rang de simples utilités. On aurait aimé que Capella réapparaisse par la suite.

Remarques

  • L’envoyé de Véga , antipathique et inquiétant à souhait, ne nous est pas inconnu : on a déjà pu l’apercevoir dans l’épisode précédent  (Akereb la Rouge, où il remplissait simplement un rôle de geôlier) et nous savons donc qu’il s’agit du sous-lieutenant Boshi. Exception faite de Dantus (ép. 51, 52 et 53), c’est le seul personnage occasionnel de Véga qui ait eu le privilège d’apparaître dans plusieurs épisodes.
  • Chose assez peu fréquente, aucun des chefs de Véga n’est présent dans cet épisode.

 t17 17-images

Résumé

  • Minos a conçu un nouveau plan : un golgoth devra éventrer les montagnes proches de la région du ranch du Bouleau Blanc et les faire s’effondrer sur la vallée. Les forces de Véga profiteront de cette rehausse artificielle pour installer une base avancée. Pendant ce temps, Rigel a une lubie plutôt insolite : il ordonne à Actarus, Alcor, Vénusia et Mizar de sortir les chevaux en pleine tempête de neige. Lors de la cavalcade, malgré les conditions météorologiques épouvantables, Actarus aperçoit le golgoth envoyé sur Terre pour exécuter le plan de Minos. Il demande à Vénusia et Mizar de ramener les chevaux au ranch, tandis qu’Alcor et lui se chargeront d’intercepter le golgoth. Les choses se compliquent lorsque Mizar se lance seul à la poursuite de Sandy, un poulain qui s’est séparé du groupe. À contrecœur, Alcor accepte de partir à la recherche de Mizar et de Sandy et de ne pas seconder Actarus au combat. C’est donc seul que Goldorak affrontera et détruira le golgoth.

Critique

  • Un épisode assez mouvementé, qui se laisse regarder avec plaisir. Si l’intrigue est plutôt mince, il y a pourtant un élément intéressant à relever : Actarus doit faire face aux questions de Vénusia à propos de ses soudaines indisponibilités et de ses inexplicables disparitions. L’anonymat du prince d’Euphor commence peu à peu à se fissurer.

Couacs

  • Chevauchant sous la neige, en plein blizzard, Actarus et ses amis ne portent aucun vêtement d’hiver et ne semblent pas incommodés outre mesure par le froid. Damart, peut-être ?

Perles de la version française

  • Vénusia à Actarus : « Tu changes d’avis comme de chemise ». N’a-t-elle pas remarqué que cela fait 17 épisodes que son bien-aimé n’a pas changé de fringues ?

 t18 18-images

Résumé

  • Transgressant les instructions du professeur Procyon, Alcor se lance seul contre une escadrille de navettes et est obligé d’atterrir près d’une petite ville isolée. Grâce à des civils dont ils contrôlent l’esprit, les hommes de Véga le capturent et le soumettent à un conditionnement hypnotique. De retour au Centre, en proie à un violent mal de tête, Alcor s’isole dans sa chambre. Peu après, Actarus et Procyon le surprennent en train de communiquer sa position à l’ennemi. Sur ces entrefaites, un golgoth surgit et commence à bombarder le Centre et le ranch, infligeant de lourds dégâts. Après avoir immobilisé Alcor et mis ses amis à l’abri, Actarus part affronter l’assaillant. Le combat s’avère âpre, d’autant plus que le golgoth a la capacité de se désassembler et de se reconstituer à volonté. Parvenu à se libérer de ses liens, Alcor, armé d’un poignard, se précipite sur Procyon. Au moment où il allait tuer le professeur, le jeune homme s’effondre : Goldorak vient de détruire l’antenne du golgoth, mettant fin ainsi au contrôle mental. L’ennemi enfin vaincu, Alcor, redevenu lui-même, ne peut que s’adresser d’amers reproches pour le désastre qu’il a failli causer.

Critique

  • Un épisode captivant, dont l’ambiance fait un peu penser à celle de la série « Les envahisseurs ». Le thème de la manipulation mentale a déjà été traité dans Le fiancé de la mort (ép. 16), mais de façon suffisamment différente pour qu’il n’y ait pas d’impression de redite. Le golgoth est des plus réussis, le combat des plus enlevés. Du grand Goldorak.

Remarques

  • C’est ici que sont mises en service les différentes routes qui permettront à Goldorak de prendre son envol depuis des points éloignés du Centre.
  • Autre innovation, bien plus curieuse, celle-là : juste avant d’effectuer sa métamorphose, Actarus apparaît désormais avec une chevelure vert fluo.  Cette bizarrerie ne durera heureusement que le temps de quelques épisodes.

 t19 19-images

Résumé

  • Les fragments d’une grosse météorite qui menaçait le Camp de la Lune Noire sont redirigés par Minos vers la Terre. Dans l’un d’entre eux, se dissimule un antérak qui pourra ainsi pénétrer dans l’atmosphère sans être repéré. La pluie de météorites s’abat dans une région montagneuse proche du Centre, détruisant le village natal du jeune Dauphinor , un orphelin fréquentant la même école que Mizar. Dauphinor se rend sur les lieux du drame et, accablé de chagrin, n’y trouve que des décombres. Venu le rechercher, Actarus aperçoit au loin des navettes et avertit le Centre qu’il s’agit une fois encore d’un coup de Véga. Alcor part en reconnaissance et est pris en chasse par l’antérak, que Goldorak finira par détruire.

Critique

  • Assez similaire à Du sang sur la neige (ép. 12), mais toutefois moins mièvre, Le village écrasé met lui aussi en scène un enfant victime d’une catastrophe provoquée par Véga. Le combat contre l’antérak est plutôt mou.

 t20 20-images

Résumé

  • Minos projette de rapprocher la Lune de la Terre pour provoquer des cataclysmes naturels en série. Pour mener à bien ce plan de grande envergure, il charge Hydargos d’installer des antennes de captattraction, moitié sur la Lune, moitié sur Terre, dans de gigantesques cavités à flanc de montagne. Mais un incident imprévu se produit : des alpinistes aperçoivent la soucoupe amirale et la photographient. Lorsque les journaux publient la photo, Procyon envoie Alcor effectuer un vol de reconnaissance dans le secteur. Alerté par la présence de navettes, Alcor découvre les antennes mais son OVTerre est aussitôt pris d’assaut et sérieusement touché. Actarus se porte à sa rescousse et doit faire face à un antérak piloté par Hydargos lui-même. L’affrontement tourne à l’avantage de Goldorak, mais sur le point de terrasser son adversaire, Actarus voit avec horreur qu’Alcor a été capturé par les soldats de Véga. Sans hésitation, le prince d’Euphor choisit de se rendre pour que son ami ait la vie sauve. Triomphant, Hydargos annonce sa victoire à Minas qui, avec sa cruauté coutumière, lui ordonne d’attacher Actarus et Alcor à des croix de manière à ce qu’ils puissent, en première loge, assister à la destruction de leur planète. Alors que tout semble perdu, les deux garçons parviennent à tromper la vigilance des soldats et à se libérer. Actarus remonte aux commandes de Goldorak et reprend le combat contre l’antérak. Vaincu cette fois pour de bon, Hydargos ne devra son salut qu’à sa capsule de sauvetage. Il ne reste plus dès lors à Goldorak qu’à détruire les antennes pour mettre fin à la terrible menace qui pesait sur la planète bleue.

Critique

  • Un formidable épisode qui, sans nul doute, est resté gravé dans le souvenir de tous les fans de Goldorak. Voir Actarus tenir Hydargos à sa merci et devoir choisir entre la victoire et la vie d’Alcor constitue un des plus délicieux moments de la série.

Couacs

  • Divers épisodes nous ont montré que lorsque les soldats de Véga meurent, leur corps se volatilise. Manifestement, ici, ce n’est pas le cas.

 t21 21-images

Résumé

  • Les habitants du ranch sont extrêmement inquiets pour leur jument Tara, atteinte d’une grave pneumonie. Actarus s’offre d’aller en ville chercher le médicament qui permettrait de la guérir. Du côté de Véga, un nouveau plan machiavélique se trame : escortée par la soucoupe amirale d’Hydargos, une immense soucoupe équipée d’un héliodardeur est envoyée au-dessus de l’Arctique. Une fois déployé, l’engin commence à faire fondre la calotte glaciaire dans le but de provoquer une hausse du niveau des océans. Envoyé en reconnaissance, l’OVTerre d’Alcor est attaqué par un antérak piloté par Hydargos. Procyon contacte Actarus par radio et lui ordonne d’aller immédiatement secourir Alcor, plaçant son fils face à la douloureuse obligation d’abandonner Tara à son sort. Actarus arrive juste à temps pour sauver Alcor et affronte Hydargos qui, à l’issue du combat, échappera de peu à l’explosion de son antérak. Après avoir également détruit l’héliodardeur, Goldorak retourne à toute allure au bercail et c’est à bout de forces qu’Actarus apporte enfin à Rigel le précieux médicament pour Tara.

Critique

  • Le scénario est simpliste et cette histoire de cheval malade ne présente a priori pas beaucoup d’intérêt, si ce n’est celui de souligner l’extrême dévouement et l’absolue bonté d’Actarus. Les âpres reproches que Rigel lui adresse pour avoir tardé à apporter le médicament mettent aussi en évidence la triste condition d’Actarus risquant sans cesse sa vie pour les siens et condamné (du moins pour l’instant) à n’en recevoir aucune gratitude, une injustice amèrement exprimée par Alcor. En dehors de ce constat poignant, le reste de l’épisode est plutôt faible. Pour la seconde fois, Actarus et Hydargos s’affrontent en combat singulier, mais ce nouveau face-à-face n’a pas l’attrait de celui de Terre en danger (ép. 20). Qui plus est, l’antérak aux allures de concombre est passablement ridicule et son principal armement atteint des sommets de comique involontaire. 

Remarques

  • Goldorak se sert du cervo-fulgur, une arme très rarement utilisée.
  • La technique de l’héliodardeur était déjà employée sur le golgoth de Par le fer et par le feu (ép. 13).

Couacs

  • Rigel, excédé, dit à Vénusia en parlant d’Actarus : « Tu n’as qu’à t’en prendre à ton prince d’Euphor chéri ». À ce stade, pourtant, l’un et l’autre ignorent la véritable identité d’Actarus.
  • De haut, on voit Actarus s’engager dans un chemin encaissé. Mais dans le plan de coupe, la paroi rocheuse à droite de la route a disparu. 

Perles de la version française

  • Poussant la vitesse de Goldorak au maximum, Actarus s’exclame : « Il ne faut pas que je franchisse le mur des ultra-calories ». Aurait-il peur de grossir ?

 t22 22-images

Résumé

  • Un éminent savant, le professeur Armiléran , a construit un magnéticapteur capable de générer de puissants champs de force. Mais aussitôt, l’appareil et son créateur sont capturés par un golgoth et emmenés au Camp de la Lune Noire. Transformée en arme offensive, l’invention du professeur est installée sur la tête du golgoth. De plus, Minas ordonne qu’on y enferme également Armiléran, ce qui devrait dissuader Actarus de l’attaquer. Ainsi paré, le golgoth est renvoyé sur Terre pour y combattre Goldorak. L’ingéniosité de Procyon et le courage d’Alcor permettent à Actarus de neutraliser le magnéticapteur et d’affronter son adversaire à armes égales. L’échec de Véga sera total : Goldorak détruit le golgoth en lui tranchant la tête, récupérant du même coup Armiléran.

Critique

  • Un épisode d’un intérêt assez moyen. En marge de l’intrigue principale, relativement banale, on peut néanmoins apprécier le récit secondaire axé sur l’affection et l’admiration que Mizar porte à Actarus.

Couacs

  • Pendant le combat contre le golgoth, un plan intermédiaire nous montre Goldorak avec les clavicogyres aux épaules, tandis qu’il tient ses astéro-haches à la main. 

 t23 23-images

Résumé

  • L’atterrissage d’un antérak non loin du ranch sème la panique chez les animaux et le cheval préféré de Rigel, Ivanhoé, s’enfuit. Vénusia se précipite au Centre pour solliciter l’aide d’Actarus, mais ce dernier demeure introuvable, et pour cause : il est aux commandes de Goldorak, parti intercepter l’antérak. L’affrontement sera bref car, sur l’ordre d’Hydargos, l’antérak rompt rapidement le combat et disparaît. De retour au ranch, Actarus est vertement pris à partie par Vénusia, qui lui reproche d’avoir une fois de plus disparu alors qu’on avait besoin de lui et qui exige des explications qu’il ne peut évidemment fournir. En outre, Ivanhoé est toujours dans la nature et Rigel a été blessé en essayant de le rattraper. La jeune fille, qui a perdu toute confiance en Actarus, lui déclare qu’elle se passera désormais de son aide et qu’elle ira seule à la recherche du cheval égaré. Inquiet pour sa fille, Rigel ordonne à Actarus de l’accompagner, qu’elle le veuille ou non. Pendant ce temps, Hydargos a analysé le déroulement du combat et en a déduit que la base de Goldorak ne peut se trouver que dans un périmètre bien délimité, qu’il prévoit d’inonder en faisant sauter les barrages situés en bordure du Centre. Entre Actarus et Vénusia, qui se sont engagés sur un étroit sentier à flanc de montagne, la tension est à son comble, le premier refusant de répondre aux questions dont l’assaille son amie. Soudain, cette dernière fait un faux pas et tombe dans le vide. Actarus se métamorphose aussitôt en prince d’Euphor et la sauve in extremis. Il n’a ensuite d’autre choix que de lui avouer sa véritable identité. Sous le choc de ce qu’elle vient d’apprendre, la jeune fille lui demande de la laisser seule. C’est alors que les événements s’emballent. Un terrible fracas retentit : l’antérak vient d’entamer la destruction des barrages. De plus, Vénusia est tombée entre les griffes d’Hydargos, descendu sur place pour superviser les opérations. Celui-ci menace de la tuer et exige qu’Actarus aille chercher Goldorak et le précipite dans le torrent. Faisant mine de céder au chantage, le prince obtient la libération de Vénusia. Au terme d’un furieux affrontement, Goldorak détruira finalement l’antérak, sauvant de justesse toute la région d’un gigantesque désastre. Ayant pris conscience de l’incessant combat d’Actarus pour la paix, Vénusia lui jure de préserver le secret de sa double identité.

Critique

  • Fantastique épisode, à classer parmi les meilleurs. Ce moment-clef de la série que constitue la révélation de la véritable identité d’Actarus est traité avec une justesse de ton et une intensité dramatique qui forcent l’admiration. L’adroit dosage entre la psychologie des personnages et l’action, menée tambour battant, font de cet épisode une parfaite réussite.

Couacs

  • Alcor sauve les animaux du ranch d’un manière assez surréaliste : en les entassant dans un filet suspendu à l’OVTerre. Inutile de dire que, transportés de cette façon, la plupart d’entre eux seraient morts écrasés ou étouffés ! 

 t24 24-images

Résumé

  • À la suite d’un nouvel échec, Hydargos se voit contraint par Minos de coopérer avec le superintendant Sogrady.  Ce dernier s’introduit dans le Centre après avoir usurpé l’identité d’un savant réputé, le docteur Zénith.  Fort de la confiance de Procyon, Sogrady guette le moment propice pour assassiner le Prince d’Euphor, qu’il n’a pour l’heure pas encore réussi à identifier. Sogrady est fortuitement démasqué par Vénusia, qui, au péril de sa vie, prévient Actarus. Un violent affrontement s’engage, qui se soldera par la mort de Sogrady, en qui Actarus a reconnu le meurtrier de ses parents.

Critique

  • Un excellent épisode, au suspense habilement entretenu. Le machiavélique et sanguinaire Sogrady est un méchant particulièrement réussi, qui nous permet de découvrir une figure surgie du passé d’Actarus.

 t25 25-images

Résumé

  • Un antérak fait un atterrissage forcé non loin du Centre. Actarus et Alcor se rendent à l’endroit du crash et sauvent une jeune femme poursuivie par des soldats de Véga. Actarus n’en croit pas ses yeux lorsqu’il reconnaît en elle la princesse Aphélie , un amour de jeunesse.  Les jours suivants voient les deux anciens amoureux reprendre une tendre intimité, entre le rappel nostalgique des doux jours sur Euphor et le bonheur d’être à nouveau réunis. Mais le drame couve. En effet, nous apprenons par Minos que rien de tout cela ne s’est produit par hasard : l’arrivée accidentelle d’Aphélie n’était qu’une mise en scène dont elle-même, ayant subi un conditionnement mental, n’a pas conscience. Une nuit, obéissant mécaniquement aux injonctions transmises par le céphalo-conditionneur implanté dans son cerveau, Aphélie s’introduit dans le hangar de Goldorak et tente sans succès de le faire exploser. Horrifié, Actarus entend la jeune femme l’accuser d’être un traître et d’être responsable de la mort de nombreux habitants d’Euphor : leur cerveau, lui révèle-t-elle, était greffé dans tous les golgoths détruits par Goldorak. Toujours sous l’effet de l’hypnose, elle se rue ensuite sur lui et le frappe à la tête avec une violence inouïe, avant d’être elle-même neutralisée. Débarrassée du céphalo-conditionneur, que Procyon lui a chirurgicalement extrait, Aphélie reprend ses esprits et réalise avec effroi l’ampleur des dégâts qu’elle vient de commettre : plus que les blessures qu’elle lui a infligées, les terribles paroles qu’elle lui a jetées au visage ont plongé son bien-aimé dans un traumatisme et une prostration dont rien ne semble pouvoir le sortir. C’est à ce moment qu’une escadrille de Véga faisant route vers le Centre est repérée. Comprenant qu’elle seule désormais peut l’arrêter, Aphélie retourne vers son antérak et décolle, résolue à se sacrifier. Jouant le tout pour le tout, le professeur Procyon applique à Actarus un dangereux traitement de choc qui, heureusement, réussit et le tire de son hébétude. Encore très affaibli, le prince prend son envol à bord de Goldorak et se prépare à combattre, mais Aphélie en décide autrement. Malgré les supplications de son amoureux, elle se jette sur l’escadrille ennemie et disparaît avec elle dans une titanesque explosion, laissant Actarus à sa déchirante douleur.

Critique

  • Sublime, tout simplement ! La beauté du scénario le dispute à celle des images. La toute première vision d’Aphélie, sa silhouette gracile se découpant dans le soleil levant, est purement magique. Et que dire de cette scène inoubliable où Aphélie n’a pas la force de tuer Actarus et laisse tomber son poignard dans l’eau ? Jamais la musique n’aura magnifié l’image avec une telle intensité. Du début à la fin, cet épisode est une réussite absolue, qui semble nous rappeler que les chants les plus désespérés sont décidément les plus beaux.

 t26 26-images

Résumé

  • Alcor et Argoli décollent à bord d’une fusée conçue par le professeur Procyon. Ils ont pour mission de procéder à l’installation d’une station orbitale destinée à devenir ultérieurement le point de départ de futurs vols spatiaux. Arrivés à l’altitude voulue, ils commencent leur travail, mais ils sont rapidement repérés par les forces de Véga, qui passent à l’attaque. Tandis qu’un golgoth bombarde la station, une escadrille de navettes s’en vient rôder autour du Centre pour repérer le point d’envol de Goldorak. Grâce à la diversion créée par le lancement d’une deuxième fusée, Actarus réussit à décoller discrètement et accourt à la rescousse des deux astronautes. Argoli repart vers la Terre dans une capsule de sauvetage et est obligé de laisser Alcor, dont le scaphandre a été endommagé, à la dérive dans l’espace. Actarus parvient à récupérer son ami malgré les deux golgoths qui le poursuivent sans relâche, tandis qu’un troisième est en train de pilonner le Centre et le ranch. De retour au sol, Goldorak dépose Alcor au Centre et reprend le combat. L’un des deux assaillants est détruit, mais le troisième vient aussitôt prendre la relève. Tout semble aller au plus mal : Vénusia a été grièvement blessée lors du bombardement et son état nécessite d’urgence une transfusion sanguine. Quoiqu’à bout de forces, Alcor saute dans son OVTerre pour aller chercher le sang dont Vénusia a besoin mais à peine a-t-il décollé qu’il se heurte à un véritable barrage de navettes. Quant à Actarus, pris sous le feu croisé des deux golgoths, sa situation ne semble guère plus enviable…

26-2-images

Critique

  • Ce 26e épisode amène le premier diptyque de la série et clôt la première saison à un train d’enfer. L’histoire débute en douceur, paisiblement, mais très vite, les choses se précipitent, les ennuis s’amoncellent, la tension devient extrême. Le principe du double épisode, avec son habile cliffhanger, nous laisse entrevoir que des événements importants vont se produire et nous fait attendre la suite avec impatience. De fait, nous ne serons pas déçus…

Passer à la saison 2
bouton-jaune

 

Publicités