Goldorak – Présentation

Auteur : Go NAGAI
Titre original : UFO Robot Grendizer
Année de production : 1975
Nombre d’épisodes : 74, découpés en 3 saisons
Série produite parallèlement au manga éponyme
Première diffusion francophone : 1978


01-mix-goldorak

LE SYNOPSIS

L’empire de Véga, un peuple cruel et belliqueux, a jadis ravagé la paisible planète Euphor. Rescapé du massacre, le prince Actarus s’est emparé du robot Goldorak et, après avoir vainement tenté de repousser l’envahisseur, a trouvé refuge sur Terre. Le professeur Procyon, un savant humaniste et généreux, l’a recueilli comme son propre fils et a dissimulé Goldorak dans le Centre de Recherches spatiales qu’il dirige. Depuis, Actarus a retrouvé un semblant de bonheur entre l’affection de son père adoptif – le seul à connaître sa véritable identité – et l’amitié des habitants du ranch du Bouleau Blanc, où il travaille comme garçon d’écurie. Mais son tragique passé le rattrape brutalement le jour où les forces de Véga, qui convoitent à présent notre planète, refont leur apparition. Décidé à ne pas laisser la Terre connaître le même sort qu’Euphor, Actarus réactive Goldorak et entre en guerre contre les envahisseurs. Alcor, un jeune pilote récemment arrivé au Centre, se joint à lui et va désormais le seconder dans les incessantes batailles qui vont l’opposer aux hommes de Véga. Au fil du temps, de nouveaux partenaires, avec les appareils de combat créés par le professeur Procyon, vont les rejoindre pour former la Patrouille des Aigles, ultime rempart de l’humanité contre la mortelle menace venue de l’espace.

02-mix-goldorak

LES ORIGINES

Quand, en 1978, Goldorak est apparu en France, puis dans de nombreux autres pays européens, ce feuilleton d’un genre nouveau – du moins pour nous, occidentaux – a suscité un engouement sans précédent. Pourtant, lors de sa sortie au Japon, trois ans plus tôt, ce même feuilleton avait reçu un accueil plutôt tiède. Le public nippon, déjà abreuvé de nombreuses séries mettant en scène des robots géants, commençait à se lasser du genre. Mais à ce désintérêt, il y avait aussi une autre raison…

mz-intro

Ce que la plupart des téléspectateurs européens ignoraient alors, c’est que Goldorak était le troisième volet d’une trilogie dont les deux premiers opus s’intitulaient Mazinger Z et Great Mazinger. Or, au Japon, Mazinger Z avait connu un colossal succès et son personnage principal n’était autre qu’Alcor (Koji Kabuto). Le public japonais n’a guère apprécié de voir son héros favori – car Alcor avait véritablement acquis une image de héros national – éclipsé par Actarus et relégué au rang de second couteau. Et c’est aussi pour cela que Goldorak a été boudé.

 Aller vers la page de Mazinger Z
bouton-turquoise

Aller vers la page de Great Mazinger
bouton-turquoise

UNE SUITE SANS EN ÊTRE UNE

Œuvre de commande destinée à exploiter le succès des deux précédentes séries, Goldorak s’en écarte pourtant de façon très nette. De la volonté même de Go Nagai, les références aux deux Mazinger seront pratiquement inexistantes (le seul lien visible est la présence d’Alcor), l’auteur ayant tenu à ce que Goldorak soit une œuvre nouvelle, nantie d’une identité propre, et non une simple resucée. Pour bien marquer la césure, Alcor réaffirme, dès le début du premier épisode, sa promesse de ne plus jamais piloter de robot. Il est à noter que ce passage n’a pas été traduit dans la version française (il n’aurait eu d’ailleurs aucun sens pour des téléspectateurs français, censés ne pas connaître les deux séries antérieures).

03-mix-goldorak

COUP D’ESSAI

La genèse de Goldorak ne s’arrête cependant pas aux deux séries Mazinger. Ayant reçu commande d’un troisième volet, Go Nagai jette les bases de sa future réalisation dans un court-métrage intitulé Uchu Enban Daï Senso (approximativement traduit par « La guerre des soucoupes volantes »). Il y est question d’un certain Duke Fleed, extraterrestre réfugié sur Terre après que sa planète natale a été dévastée par un empire belliqueux. Menant une anonyme existence de garçon de ferme, il voit soudain l’ennemi d’hier resurgir et menacer à présent sa planète d’adoption. Duke Fleed reprend sa véritable identité et, aux commandes de son appareil, une soucoupe appelée Gattaiger couplée avec un robot du nom de Roboïser, s’en va repousser l’envahisseur. Insatisfait de l’aspect plutôt sommaire et peu séduisant de ce Gattaiger-Roboïser, le commanditaire – le fabricant de jouets Bandaï – demande à Go Nagai de revoir sa copie. L’ensemble va donc connaître d’importantes modifications graphiques mais le concept, on le voit, est déjà là : de ce court-métrage va bientôt naître un célèbre robot de lumière et d’acier nommé Goldorak.

77-intro

Aller vers la page de Uchu Enban Daï Senso
bouton-turquoise

 

Publicités